semi-public


semi-public

semi-public, ique [ səmipyblik ] adj.
• 1928; de semi- et public
Dr. Qui est en partie public, en partie privé. région. parastatal. Organismes semi-publics. Entreprise semi-publique.

semi-public, semi-publics nom masculin Secteur semi-public.

semi-public, ique
adj. Qui est en partie privé, en partie public. Des établissements semi-publics.

⇒SEMI-PUBLIC, -IQUE, adj.
A. — DR. ADMIN.
1. [En parlant d'un organisme] Dont le caractère juridique relève à la fois du droit privé et du droit public. La dépense publique, au sens large, englobant les dépenses budgétaires de l'État et les dépenses de certains organismes publics ou semi-publics (sécurité sociale) (Univers écon. et soc., 1960, p. 46-14).
2. [En parlant d'un secteur d'activité] Régi par le droit privé mais contrôlé par l'État ou une autre personne publique. L'État (...) doit se limiter en principe à enlever les obstacles qui s'opposeraient à la rationalisation, à améliorer l'outillage national et à rationaliser pour sa part les entreprises publiques et semi-publiques (Résolution de l'Union de Malines, in Dict. pratique des connaissances religieuses, Suppl., I, 1928, pp. 201-202 ds QUEM. DDL t. 21).
B. — Qui n'est que partiellement rendu public, qui n'est accessible qu'à un public restreint. Chaque année a lieu le difficile et solennel examen de la danse, — public ou, mieux, semi-public; en général, l'assistance est faite de connaisseurs, encore qu'ils ne jugent pas et doivent même ne pas manifester leurs sentiments (BRILLANT, Probl. danse, 1953, p. 108).
Prononc.:[]. Étymol. et Hist. 1928 entreprises semi-publiques (Résolution de l'Union de Malines, loc. cit.). Comp. de semi- et de public.

semi-public [s(ə)mipyblik] adj.
ÉTYM. 1928 in D. D. L.; de semi-, et public.
Qui est en partie public et en partie privé. || Services semi-publics. || « Un groupe de chercheurs, soutenu par un consortium d'entreprises semi-publiques » (le Point, 13 avr. 1981, p. 104).

Encyclopédie Universelle. 2012.